Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions Fresco Cave Suites & Mansions

HISTOIRE

  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey
  • fresco cave hotel turkey

“Mon amour,

ta vie doit être remplie par la verdure printanière et la joie dans cette villa aux milles bénédictions ”

Ce sont là les deux premières lignes du poème évocateur gravé au-dessus de l’ancienne porte qui joint les deux villas de l’établissement. Il fut écrit par le poète Fehmi Bey au XVIIIème siècle.

Le premier à citer la gravure mystique de Fresco, autour de laquelle on trouve aujourd’hui les villas, fut le célèbre aventurier et peintre Charles Texier qui explora l’Anatolie dans les années 1930. Pour se faire une idée de la taille du complexe et de ses dépendances, il est possible de faire quelques pas sur la colline Temenni (la colline du vœu) se situant en face de l’entrée principale. De là, un panorama merveilleux charme l’œil du spectateur. C’est par ces mots que Texier décrit cette scène pittoresque, en regardant ce qui deviendra Fresco Cave Suites & Mansions :

“Avant d’arriver au plateau dominant la région,
je fus surpris par la scène que je vis et m’arrêtais un moment.
Je ne crois pas qu’un autre phénomène naturel puisse davantage marquer par sa beauté que celui-ci"

Ces villas furent construites à la fin du XVIIIème siècle. La villa de la première partie (Haremlik and Selamlık) fut construite par Yesari Bey, le premier maire d’Ürgüp. Les murs des bâtiments de devant et des côtés sont décorés par des fresques. Il s’agit de scènes peintes avec des motifs floraux, indiquant que le propriétaire était un pieu musulman. Les peintures figurant dans les niches sont intitulées les « portes du paradis » ou le « rideau du paradis », un thème classique de l’art de l’Islam. Yesari Bey avait confié la réalisation de ces peintures à un maître grec. Il imposa aussi la déviation des troupeaux de moutons qui passaient tous les jours devant la maison en se rendant au point d’eau de la crique de Damsa, de crainte que la poussière soulevée n’endommageât les fresques fraichement peintes.

Les villas se composent de quatre parties: Haremlik, Selamlik, Yesari Bey et Kayakapı. Haremlik et Selamlık sont les seules parties établies par les musulmans turcs à cette époque. Au début des années 1900, les seconds propriétaires, la famille Akıllıoğulları, prirent le contrôle de la villa. Ismail Akıllı fut le maire d’Ürgüp pendant 13 ans. La troisième villa a pris le nom de Yesari, le premier propriétaire et le second maire d’Ürgüp et l’on suppose que Munise Hanım, la femme du Mufti Şeyhülislam Hayri Efendi (le chef religieux délégué de l’empire Ottoman qui annonça la Première Guerre mondiale) y vécut. En 1928, Munise Hanım et son frère firent don de leur part à la famille Akıllıoğlu en vertu de leurs excellents rapports puis déménagèrent dans une autre villa proche de Fresco.

Le nom de la villa fut transformé en Akıllıogulları Konagı (villa). En 1990, Mehmet Toybıyık acheta les villas pour former un boutique-hôtel. Après des années de recherches et d’études, lui et son équipe d’artisans et d’ouvriers se mirent à la tâche. En 2009, ils restaurèrent ces classiques de l’architecture anatolienne tout en préservant leur charme. En 2011 Fresco Cave Suites & Mansions commença à accueillir des hôtes. Le nom de « fresco » vient du nombre de fresques au sein des villas. Fresco Cave Suites & Mansions met en avant plusieurs valeurs héritées de l’histoire et de la culture, qu’on peut résumer ainsi:

Agenda pour l’éducation, enseignement secondaire (1948) :
le tournant éducatif des années 1940 fut adopté dans la ville d’Ürgüp. La partie Haremlik de Fresco devint un lycée   en 1948. Au total, 28 élèves vinrent pendant deux années entre ces murs.

La maison de Munise Hanım, la femme du Cheik ul-Islam Hayri Efendi: 
Le dernier Cheik ul-Islam (chef religieux officiel pour tout le monde musulman) de l’empire Ottoman fut ministre de la Justice, de l’Education de l’Empire. Il annonça la première guerre mondiale. Sa femme, Munise Hanım, vécut dans la partie de l’hôtel qui est aujourd’hui un restaurant, l’entrée et une petite piscine. Le nom de la chambre 207 (sachant qu’elle y a séjourné) lui fait référence.

* Les aqueducs de la vieille ville d’Ürgüp (Prokopi) via les tunnels des grottes :
Des tunnels de purification de l’eau dans les grottes furent creusés depuis le village de Kavak (à 15 Km d’Ürgüp) jusqu’à Ürgüp et traversent Fresco. Ces aqueducs furent construits sous le Grand vizir de l’Empire Ottoman en 1720. Les ruines historiques (un ouvrage de poterie) sont toujours visibles à Fresco.

* La pierre noire de Cybèle (la déesse mère) :
La pierre noire de Cybèle se trouve dans le grand jardin entre Haremlik et Selamlık et est une des pierres les plus typiques d’Ürgüp. C’est le symbole de la déesse mère phrygienne (XIIème siècle – 250 av. J.-C.). A une époque reculée, le côté brillant de la pierre était placé face au soleil (il en est toujours ainsi aujourd’hui) pour symboliser la lumière brillante de Cybèle. Depuis la préhistoire, la croyance « de pierre » était une partie importante de la vie des sociétés Sumériennes, Acadiennes, Babyloniennes ou Egyptiennes. Les pierres, les amulettes, les phylactères étaient des signes de fortune. Le « dieu de pierre » dans l’empire accadien était aussi puissant que le « dieu du soleil », le plus grand des dieux. Ces types de pierres étaient l’ornement le plus important des temples et des palais. L’ancienne croyance suppose que les pierres hautes soient le centre du monde. Ainsi la haute colline rocheuse derrière Fresco, le château Kadı, est le lieu de « Katugala » (la grande mère à laquelle on voue un culte adoratif) et a été, probablement, utilisée comme un « autel ».  

* L’inscription :

« Ta vie doit être remplie par la verdure printanière et la joie dans cette villa aux milles bénédictions 

Fehmi rédigea cette perle de la poésie osmanique en 1715»

Ce sont là les deux premières lignes du poème évocateur gravé au-dessus de l’ancienne porte qui joint les deux villas de la structure. Il a été écrit par le poète Fehmi et remonte au premier quart du XVIIIème siècle, selon le calcul « Ebced » basé sur l’écriture cryptée utilisée dans les textes ottomans.

* Les fresques :
Elles sont faites avec des pigments liés par un solvant (de l’eau ou de la chaux) et disposé sur de la chaux humide. En dépit de son apparente facilité, cette technique regorge de difficultés ; en effet, pour être durable, le stuc doit être préparé avec soin. Le fondateur des parties Haremlik et Selamlık de Fresco payait une pièce d’or (c’est-à-dire à peu près 75 euros) pour un mètre de fresque. Les maîtres grecs firent un excellent travail, mais les villas étaient situées dans un endroit venteux, où passaient les troupeaux de moutons. Afin de protéger les fresques, le second propriétaire paya les bergers pour qu’ils passent par un autre chemin et que la poussière et le sable n’attaquent plus les fresques.

* La délicate taille de pierres :
Il faut se rendre compte que les tailleurs de pierres ont agi comme s’ils écrivaient un poème. En effet, en prêtant attention aux détails manuels, les maîtres tailleurs ont inscrit leurs émotions et leurs sentiments, leurs promesses, leurs plaisirs et leurs peines sur ces pierres. Pendant des années ils furent les témoins de joies et de tristesses, de ténacité et d’ardeur.

* Les anciennes maisons troglodytes et le petit caravansérail :
les voyageurs passant par Ürgüp pouvaient résider dans ce petit caravansérail troglodyte jusqu’en 1970 (un caravansérail est un hôtel pour les voyageurs et leurs animaux, chevaux, chameaux, mules etc.) Le caravansérail, traversé par les aqueducs, possédait des écuries pour les animaux et quelques chambres attenantes pour les voyageurs.

En outre, dans la mesure où Fresco se situe dans le voisinage du vieux centre-ville, il est vraiment proche des monuments naturels, historiques et culturels. La liste en est faite dans la rubrique « curiosités » accessible en cliquant sur le lien « Brochure ».

Fresco Cave Suites & Mansions